Il faisait partie des ouvrages "à lire" à la bibliothèque, je l'ai donc pris, attiré par la 4ème de couverture. Je l'ai lu... j'avais commencé avant le dernier Stephen King, j'ai donc dévoré Stephen, avant de reprendre ma lecture. Ce roman n'est pas aussi passionnant à lire, mais il n'est pas inintéressant, je pense qu'il est plus savoureux si on peut le lire d'une traite car il ne supporte pas la lecture hachée (chapitre par chapitre) que j'ai dû lui imposer faute de mieux...

Alors, certes, c'est un livre à tendance écologique puisque nos héros veulent préserver la nature sauvage américaine, mais ensuite... est-ce que la fin justement les moyens ? Personnellement, j'ai toujours du mal avec l'idée de brûler, détériorer, casser, jeter du matériel sous prétexte de sauvegarder la nature (par exemple, faire tomber un bulldozer dans un ravin, vous croyez vraiment que la nature va apprécier ?), car j'ai tendance à voir l'immédiat : que de dégâts !! Je comprends tout à fait que l'auteur veuille préserver le Colorado, mais n'y a-t-il pas d'autres moyens ? A l'époque, dans les années 70, peut-être pas, mais je suppose que si, une version plus pacifique, mais peut-être aussi très administrative. Ceci dit, il y a de l'humour et ces héros font un peu figure de têtes brûlées auxquelles on peut s'attacher. J'ai vu qu'il existait une suite d'ailleurs... Et ce roman a visiblement eu beaucoup de succès à l'époque, car il faisait partie des éléments précurseurs sur la prise de conscience de la nécessité de préserver l'environnement. Ce livre est également un hymne à la nature sauvage, mais j'avoue ne pas l'avoir assez ressenti, éprouvé, peut-être parce que je n'ai pas lu de façon assidue, peut-être aussi parce que les mots de l'auteur ne sont pas ceux qui me parlent le mieux...

DSC01776

Le gang de la clé à molette par Edward Abbey

Cela me fait penser à une image, un affichage que j'ai vu passer récemment sur Facebook, j'adhère à ce message :

Affiche du Parti vert du Québec

Beau programme non ?