J'étais sur la liste d'attente depuis fin juin pour lire le dernier Indridason ! Enfin, mon tour est venu et ce fût un vrai plaisir de retrouver Elendur plus jeune cette fois. L'histoire se déroule alors qu'il vient de divorcer, il est encore jeune, 29 ans, mais déjà bien accro à ses enquêtes non résolues concernant des disparitions anciennes. Deux recherches sont donc menées en parallèle : à la fois l'élucidation du meurtre d'un jeune islandais retrouvé dans un lagon, et de l'autre, Elendur tient à savoir ce qui est arrivé à la jeune fille qui, partie de chez elle un beau matin, n'est jamais arrivée à l'école ce jour là... 

Le meurtre implique la base américaine qui n'est pas très coopérative, si l'on excepte la jeune officière, Caroline qui va aider Marion et Erlendur, prenant des risques pour sa carrière. C'est l'occasion, pour l'auteur, d'aborder ce sujet de la présence américaine, après la Seconde guerre mondiale, sur le sol islandais, terre neutre qui n'accepte pas facilement cette installation, même si certains en profitent... Il aborde aussi les questions sociales qui lui sont chères : les gens de la rue, les quartiers défavorisés...

L'auteur maintient également le flou total sur le sexe de Marion, il me semble avoir compris, une fois, qu'il s'agissait d'un homme au prénom étrange, mais je n'en suis pas sûre. Cette fois, j'ai été extrêmement attentive à toutes les mentions, et Arnaldur est vraiment très fort (ainsi que le traducteur), car vraiment, rien ne transparaît... 

J'ai donc retrouvé avec plaisir les ingrédients habituels des aventures de notre inspecteur têtu et tenace qui va toujours au bout de ses enquêtes, il n'y a peut-être rien de spécialement nouveau, mais c'était un bon moment de lecture qui a su me happer !

DSC00076

Le lagon noir, Arnaldur Indrisason