Prendre le train, c'est avoir le temps de lire (et de broder aussi d'ailleurs...), voici donc 2 lectures qui m'ont accompagnée lors de nos trajets, ainsi qu'une première lue avant notre départ.

Le premier, donc, faisait partie des suggestions de Barbibouille qui l'a lu cet été, j'avais ma liste en main, et le seul ouvrage que j'ai trouvé sans avoir à commander était celui-ci. C'était une lecture sympathique, simplement. Aurélie vient d'être lâchement quittée, elle noie son chagrin dans les rues de Paris qui l'entraînent vers une petite librairie de l'île Saint Louis où elle déniche un roman qui va la sauver de son mal être. Étrangement, l'héroïne lui ressemble et l'action se situe dans le restaurant qu'elle tient. Elle va alors chercher à rencontrer l'auteur, mais cela ne va pas être si simple... C'est amusant, léger, avec des recettes à la clé. 

DSC02206

Le sourire des femmes, Nicolas Barreau.

***

Pioché sur la table de la Librairie, chaudement recommandé, j'ai eu envie d'essayer Moisson. Une très belle écriture, un livre que l'on lit plus pour le plaisir des mots et le fond, ce qu'il traite des relations humaines, que pour l'histoire en elle-même qui, bien que réaliste et précise, contient beaucoup de flou (quel lieu ? quelle époque ? on en a vaguement idée, l'Angleterre entre 1300 et 1600 ?). Walter vit, depuis 12 ans, avec ses prochains dans un village sans histoire, isolé des autres et du mal, où les saisons se suivent en harmonie. Il y a Maître Kent, avec qui il est arrivé, qui est bon avec ses serfs, il y a des coups durs et des mauvaises saisons, mais c'est ainsi que va la vie... jusqu'au jour où des étrangers vont passer au village au moment où des chenapans locaux font une grosse bêtise... Il est alors si facile d'accuser les inconnus, même si les preuves retenues sont de toutes évidences très bancales, personne n'ose rien dire... De plus, le pouvoir va changer de main et la vie du village risque d'être fortement bousculée par les nouveaux objectifs... Plus qu'une histoire, c'est une sorte de fable sur la société humaine, terriblement d'actualité (repli sur soi, commerce au-delà des frontières, conservatisme ou progressisme...) et raconté avec un grand lyrisme. Walter est le témoin privilégié de ces moments, il nous livre ses pensées, comment il agit ou non, pour quelle raisons, ce sont toutes nos faiblesses qui sont ainsi égrenées... et moi, j'aurais fait quoi à sa place ? Une lecture à la fois agréable par son style, et oppressant par les sujets abordés, envoûtant à sa façon, vraiment, j'ai aimé !

 DSC02207

Moisson, Jim Crace

***

L'autre ouvrage faisait partie des nouveautés de la bibliothèque. Bien sûr, sa couverture attire, et puis, j'avais déjà abordé cette auteure... Ici, l'histoire se fait rapidement oublier une fois le livre fermé, mais peu importe, c'est une vraie lecture plaisir. Plaisir des mots, tout simplement. Ágústína est une adolescente handicapée des jambes, et son grand projet est de gravir les 844 mètres de la Montagne qui domine son village islandais. Il y a de la confiture de rhubarbe et du boudin, des lettres de sa mères qui voyage à travers le monde pour étudier les espèces migratoires, un jeune homme bienveillant, Nina sa bonne mère de substitution, de la musique, des rêves, le fil des saisons, une année écoulée dans ce village tranquille... Un joli moment de lecture...

DSC02195

Le rouge vif de la rhubarbe,  Auður Ava  Ólafsdóttir