Une très belle histoire, et de vraies réflexions sur la vie, sur l'amour, sur les relations entre les êtres humains, l'infidélité, mais tout en douceur, avec beaucoup de poésie, de jolies phrases, sans mièvrerie et beaucoup d'intelligence...

Ada a été abandonnée par sa mère, elle a été élevée par sa Grand-Mère, Teresa, qui lui est très précieuse. Ada a 24 ans et une façon jolie de voir la vie, elle est tombée amoureuse de Matteo en voyant son reflet dans le miroir... Matteo, elle sait beaucoup de choses de lui, sans doute l'essentiel de ce qu'il est comme personne, mais il a aussi de nombreuses zones d'ombre, où est-il quand il n'est pas avec elle ?
La grand-mère d'Ada a une leucémie et va passer ses derniers mois à l'hôpital où Ada va se lier d'amitié avec une infirmière très impliquée, Giulia et puis... la suite ne se raconte pas, il faut la découvrir.

Il y a beaucoup de tendresse dans ce roman, de sensibilité aux choses, au monde qui entoure les personnages, sans aucune lourdeur, mais sans trop de légèreté non plus. C'est un très beau moment à passer que suivre Ada et son entourage au fil des lignes. Je recommande !

Evita Greco (Ancona 1985) a été sauveteur, animatrice en colonie, caissière dans un supermarché, baby-sitter, secrétaire... Quand elle était enfant, elle a reçu un diagnostic de dyslexie: depuis, elle a décidé qu'elle lirait beaucoup de livres et en écrirait au moins un. C'est ainsi qu'est né ce roman.

le bruit

Le bruit des choses qui commencent, Evita Greco, dans notre olivier un peu chétif actuellement...