En nouveauté à la bibliothèque et puisque Sarrousse en avait parlé avec enthousiasme, je n'ai pas hésité une seconde à choisir ce titre. Et j'en ressors un peu mitigée dans le sens où je m'attendais à être totalement happée et ce ne fût pas le cas. J'ai vraiment apprécié les sujets abordés et l'ensemble de l'histoire, mais, lisant par petits bouts, j'avais du mal à raccrocher les wagons d'un chapitre à l'autre puisqu'il y a d'incessants retours entre le passé, les passés et le présent, à peine présent d'ailleurs... J'ai souvent plus ou moins perdu le fil, tout en m'accrochant. C'est ce qui a rendu ma lecture un peu fatigante, mais je n'avais pas envie de lâcher...

C'est une histoire d'amitié, une histoire de métissage, une histoire qui se déroule à Londres, à New-York, en Afrique, il y est question de racisme, de jeux d'enfants, d'identité, c'est une histoire d'emprise les uns sur les autres, une histoire de choix que l'on fait ou pas, que l'on peut avoir, ou qu'on n'ose pas faire, ça parle de danse, de vieux films, de star system, de mères envahissantes, de volonté d'aide humanitaire parfois maladroite... C'est l'histoire de deux petites filles métisses et londoniennes vivant dans le même quartier dans des familles très différentes culturellement qui vont s'accrocher l'une à l'autre grâce à la danse, puis se perdre, et peut-être finiront-elles par se retrouver... C'est un livre très riche, foisonnant, qui mérite sans doute de longues plages de lecture pour en savourer toute la substance... qui mériterait sans doute une relecture plus tard...

Et la semaine passée, j'ai pu écouter avec plaisir l'auteure qui est passée sur France Inter dans l'émission Boomerang d'Augustin Trapenard.

swing

Zadie Smith, Swing time.

***

Une bande-dessinée de moments de vacances à la mer, l'on suit quelques familles, leurs réflexions, leur journée à la plage, il y a beaucoup d'humour tant dans les dessins (attention, beaucoup à observer !) que dans les dialogues, un très sympathique moment !

vive

Vive la marée ! David Prudhomme et Pascal Rabaté.