Voici un livre prêté par Maman et qui m'a emportée en Guadeloupe, des années 40 à nos jours, en mettant surtout l'accent sur les années 40 à 60. La narratrice part à la découverte de ses origines, elle est née en France, sa maman vient du nord et son papa de Guadeloupe, elle l'interroge, lui et ses soeurs. Tour à tour, ils vont donner leur version des événements vécus à ce moment là, leurs relations familiale, entre eux, avec leurs oncles et tantes. C'est haut en couleurs, mais c'est aussi si proche de tout ce qui peut être vécu partout dans le monde, ces "histoires de familles" avec ses rivalités, ses jalousies, ses reproches, ses interprétations, distorsions de la vérité... Sont abordés les questions de couleur de peau, de légitimité, de richesse, de pauvreté, la vie sur l'île et sa transformation à travers la "modernité" qui est vécue comme un mieux par certains, une catastrophe ou une perte de repères par d'autres et puis, il y a ces émeutes, ces morts de mai 1967 dont on a très entendu parler en France (je l'ignorais totalement pour ma part, étant née en 1971). C'est l'histoire de la Guadeloupe, cette île dont la population a entièrement été importée, quelles que soient les conditions et les couleurs de peau... Un roman très riche, raconté de façon savoureuse avec quelques pointes de créole ici et là, une belle histoire de famille, une belle tendresse de la part de la narratrice envers ses proches, avec leurs qualités et leurs défauts. Un voyage très instructif (et sans avoir à prendre l'avion !).

les chiens

 

Là où les chiens aboient par la queue, Estelle-Sarah Bulle.

***

Dans un tout autre genre, voici un petit livre jeunesse que j'ai eu l'occasion de lire récemment. C'est dans la collection Pont des Arts de l'Élan vert, une histoire imaginée en s'appuyant sur quelques oeuvres du peintre américain Edward Hopper. J'ai beaucoup apprécié cette idée, et comme pour d'autres albums de la collection, c'est le plaisir de croiser des oeuvres d'art qui peuvent nous raconter des histoires. 

Hopper

 

La chanson perdue de Lola Pearl, Davide Cali et Ronan Badel (et tableaux de Hopper) (et motif au point de croix imaginé par Marie-Thérèse de Saint Aubin)