Il faisait partie des livres que j'avais notés dans mon carnet, il se trouvait à la bibliothèque, alors je m'y suis plongée...

Doucement, par chapitres ou lots de chapitre, c'est une lecture qui se savoure, c'est l'histoire de ce garçon, mais c'est bien plus que cela, c'est l'Histoire (entre 1908 et 1936) par touches, c'est la découverte des relations humaines, c'est l'Amour... C'est difficile à décrire, mais cela vaut la lecture.

Le garçon vit avec sa mère au fond des bois, il n'a jamais croisé d'autres êtres humains, ils vivaient dans une cabane, en autarcie... puis la mère meurt, le garçon va parcourir la région et un peu plus loin, rencontrer des hommes qui vont lui donner à voir ce qu'est leur vie, celle d'un petit hameau, celle d'un forain solitaire dans sa roulotte, celle de riches rentiers qui vont le prendre sous leur coupe, le faisant fils, frère, élève, amant... et celle de la compagnie de poilus de la Première Guerre mondiale. Il y a des passages longs, qui demandent où un peu de temps, ou une pause, voire un survol si l'on n'est pas prêt à affronter, l'horreur ou la liste répétitive, mais c'est un ensemble cohérent, riche, une très belle oeuvre littéraire.

Le garçon

 

Marcus Malte : Le garçon

Et le hasard de cette lecture a placé la cathédrale de Notre-Dame sur mon chemin :

Le garçon ND